Les valeurs d’hypercroissance encore mal orientées à Wall Street

dimanche 6 avril 2014 15h30
 

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Des valeurs vedettes de Wall Street qui avaient flambé l'an passé ont subi un sévère retour de bâton le mois dernier et la correction n'est peut-être pas terminée tout simplement parce que malgré tout elles semblent encore survévaluées.

Netflix, le spécialiste de la location vidéo en ligne, le réseau social Facebook ou encore le constructeur de voitures électriques Tesla Motors, ainsi que des valeurs des biotechnologies ou du "cloud computing" sont particulièrement concernés.

Certaines ont chuté de plus de 20% durant le mois écoulé, créant ainsi leur propre marché baissier (bear market) personnel, et pourtant leur valorisation dépasse encore de loin celle des grands indices boursiers. Wall Street définit un "bear market" par une chute de 20% au moins par rapport au pic le plus récent.

Ainsi, Facebook a perdu près de 22% par rapport à un record en séance inscrit il y a moins d'un mois. Au cours de clôture de vendredi, elle conserve un gain de près de 3,8% depuis le début de l'année. Parmi les biotechs, Alexion Pharmaceuticals a reculé de 23% sur un record en séance datant du 23 février. Elle conserve pourtant un gain de 7% depuis le début de l'année.

Facebook se traitait encore vendredi à un ratio cours-chiffre d'affaires proche de 20, ce qui en fait la valeur la plus chère de l'indice S&P-500, lequel a un ratio global de 1,7. Ce ratio met en rapport la capitalisation d'une valeur donnée et son chiffre d'affaires sur une période de 12 mois.

Nombre de ces valeurs sont cotées sur le Nasdaq, dont l'indice composite a reculé de 2,60% vendredi, le Dow Jones limitant sa perte à 0,96% et le S&P-500 à 1,25%.

MOUVEMENT DE ROTATION   Suite...

 
Des valeurs vedettes de Wall Street qui avaient flambé l'an passé ont subi un sévère retour de bâton le mois dernier et la correction n'est peut-être pas terminée tout simplement parce que malgré tout elles semblent encore survévaluées. /Photo prise le 11 mars 2014/REUTERS/Brendan McDermid