La fusion Lafarge-Holcim se traduira par des cesions d'actifs

lundi 7 avril 2014 19h05
 

par Matthieu Protard et Natalie Huet

PARIS (Reuters) - Les deux leaders mondiaux du ciment, le français Lafarge et le suisse Holcim, ont officialisé lundi leur union qui se traduira par des cessions d'actifs, principalement en Europe, pour répondre aux exigences liées aux règles de la concurrence.

Les deux groupes, dont le chiffre d'affaires combiné atteint 32 milliards d'euros, ont fait savoir que le montant des cessions représenterait entre 10% et 15% de l'Ebitda (résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de la nouvelle entreprise dont le siège sera en Suisse.

Faisant suite aux rumeurs de fusion, Lafarge et Holcim avaient confirmé vendredi être en discussions avancées en vue d'un rapprochement.

Lors d'une conférence téléphonique, Bruno Lafont, le PDG de Lafarge, a indiqué qu'aucune fermeture d'usines n'était prévue dans le cadre de cette alliance dont les synergies annuelles atteindront 1,4 milliard d'euros.

"Nous allons entrer dès maintenant en discussion avec la Commission européenne et les autres autorités de concurrence dans un esprit constructif et nous avons confiance dans l'aboutissement rapide de ces négociations", a souligné Bruno Lafont, qui deviendra le directeur général du nouveau groupe Lafarge-Holcim.

"La qualité et la taille des actifs à céder sont vraiment très élevées. Cela garantit leur attractivité pour des acquéreurs potentiels et ça donne aussi confiance dans notre capacité à faire ces désinvestissements", a souligné le PDG de Lafarge. "Il n'y a pas de fermetures d'usines qui sont associées à cette transaction."

DES CESSIONS SURTOUT EN EUROPE   Suite...

 
LA FUSION LAFARGE-HOLCIM