La BCE se préparerait à un assouplissement quantitatif

vendredi 4 avril 2014 20h54
 

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a modélisé les retombées économiques d'un rachat de 1.000 milliards d'euros de valeurs mobilières dans le cadre d'un programme d'assouplissement quantitatif (QE), écrit vendredi la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

Le président de la BCE Mario Draghi a dit jeudi, au terme de la réunion du Conseil des gouverneurs, qu'il y avait unanimité au sein de l'institution pour envisager de faire fonctionner la planche à billets afin de stimuler l'économie de la zone euro dans le cas où l'inflation resterait très faible très longtemps.

Le vice-président de la BCE Vitor Constancio a déclaré pour sa part vendredi que la BCE n'avait pas encore débattu des modalités de mise en oeuvre de mesures d'assouplissement quantitatif.

Le principal acquis de la réunion de jeudi a été d'obtenir l'unanimité du conseil sur le principe d'un recours à de telles mesures si l'inflation demeurait durablement inférieure à 1%, un niveau que Mario Draghi qualifie de "zone dangereuse", a-t-il ajouté.

La BCE estime que racheter pour 1.000 milliards d'euros d'actifs sur un an ajouterait 0,2 à 0,8 point au taux d'inflation, en fonction du modèle économique suivi, rapporte la FAZ.

"La question qui se pose est de savoir si le marché de la dette privée en Europe est suffisamment important pour un QE", observe le quotidien, citant une source proche de la banque centrale.

Un banquier central se dit très préoccupé par les éventuelles distorsions de marché qu'une telle initiative entraînerait, redoutant en particulier l'émergence d'une bulle spéculative sur le marché des emprunts de sociétés, ajoute la FAZ.

PRIORITÉ À DES TAUX DIRECTEURS BAS   Suite...

 
La Banque centrale européenne (BCE) a modélisé les retombées économiques d'un rachat de 1.000 milliards d'euros de valeurs mobilières dans le cadre d'un programme d'assouplissement quantitatif (QE), écrit vendredi la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). /Photo prise le 2 septembre 2013/REUTERS/Kai Pfaffenbach