Le gaz russe vendu à Kiev augmente de 80% en trois jours

jeudi 3 avril 2014 19h03
 

par Svetlana Burmistrova et Pavel Polityuk

MOSCOU/KIEV (Reuters) - La Russie a augmenté pour la deuxième fois en trois jours le prix du gaz vendu à l'Ukraine, ce qui correspond à une hausse cumulée de 80%, nouvelle pression sur une économie ukrainienne déjà au bord de la faillite.

L'Ukraine, dont la moitié des besoins en gaz sont couverts par les livraisons russes, a qualifié l'initiative du géant russe Gazprom de décision politique et "totalement inacceptable", selon les termes de son Premier ministre Arseni Iatseniouk.

"Nous nous attendons à ce que la Russie aille encore plus loin en matière de pressions sur la question du gaz, y compris en limitant les livraisons à l'Ukraine", a dit le chef du gouvernement ukrainien à Reuters.

Les Etats-Unis ont aussi condamné la décision russe.

Moscou a fréquemment eu recours à l'arme du gaz pour imposer ses vues à ses voisins, et les clients européens de la Russie craignent qu'elle ne recommence à jouer sur le robinet du gaz, alors qu'avec les événements d'Ukraine et de Crimée, la tension actuelle entre l'Occident et le Kremlin rappelle les temps de la "guerre froide".

Directeur général de Gazprom, Alexeï Miller a déclaré jeudi au Premier ministre russe Dmitri Medvedev que le tarif allait encore augmenter dès ce mois-ci après l'instauration par Moscou d'une taxe sur les exportations de gaz à destination de l'Ukraine. Avec la fin de l'exonération de taxes à l'exportation, "le prix du gaz augmente automatiquement à partir d'avril", a dit Alexeï Miller.

La dernière augmentation en date porte le gaz vendu à l'Ukraine à 485 dollars les 1.000 mètres cubes, deux jours seulement après une première augmentation de 44% qui avait relevé le prix de 268,5 à 385,5 dollars les mille mètres cubes.

  Suite...

 
Un site de stockage de gaz près de Kiev. La Russie a encore augmenté le tarif du gaz vendu à l'Ukraine, porté à 485 dollars pour 1.000 mètres cubes, et a exhorté jeudi son voisin à s'acquitter de 2,2 milliards de dollars (1,6 milliard d'euros) d'impayés. Le monopole russe Gazprom avait déjà annoncé mardi une hausse de 44% du prix du gaz vendu à l'Ukraine, alors porté à 385,5 dollars. /Photo d'archives/REUTERS/Gleb Garanich