L'inflation en zone euro à 0,5%, au plus bas depuis fin 2009

lundi 31 mars 2014 18h46
 

par Robin Emmott et Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - L'inflation dans la zone euro a enregistré un nouveau recul en mars, tombant à son plus bas niveau depuis novembre 2009 et alimentant les spéculations sur de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire par la Banque centrale europénne (BCE) afin de conjurer les risques de déflation.

La hausse des prix à la consommation au sein des 18 pays de la zone euro est ressortie à 0,5% en rythme annuel en mars contre 0,7% le mois précédent, selon les données préliminaires publiés lundi par Eurostat.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à un chiffre de 0,6%, déjà inquiétant pour une économie de la zone euro qui peine à sortir de la récession.

L'inflation se situe ainsi pour le sixième mois consécutif sous le seuil de 1% l'an, ce que le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a qualifié de "zone dangereuse".

Son recul renforce la probabilité d'une réduction de ses taux directeurs par la BCE à l'occasion de la réunion de son conseil des gouverneurs jeudi.

Il alimente aussi les spéculations sur des mesures plus radicales comme le passage des taux en territoire négatif ou des rachats d'actifs à l'instar de ceux conduits par la Réserve fédérale américaine, la Banque d'Angleterre ou la Banque du Japon.

Le fait que les fêtes de Pâques, qui s'accompagnent habituellement de tensions sur les prix dans certains secteurs comme les voyages et l'hôtellerie, tombent en avril pourrait toutefois pousser la BCE à l'attentisme jusqu'à sa réunion de politique monétaire de juin.

"La question de l'éventualité de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire va rester très présente", juge Nick Kounis, responsable de la recherhce économique d'ABN Amro. "La banque centrale a toutefois fait preuve d'une certaine tolérance à l'inflation basse récemment."   Suite...

 
L'inflation dans la zone euro a enregistré un nouveau recul en mars, tombant à son plus bas niveau depuis novembre 2009 et alimentant les spéculations sur de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire par la Banque centrale europénne (BCE) afin de conjurer les risques de déflation. /Photo d'archives/REUTERS/Marcelo del Pozo