La France peine à tenir la cadence sur les déficits

lundi 31 mars 2014 13h32
 

par Yann et Le et Guernigou

PARIS (Reuters) - Même si elle a renoué avec la croissance en 2013, la France a pris du retard dans son plan de baisse des déficits, ce qui va compliquer la tâche du gouvernement au niveau européen comme sur le plan intérieur au moment où il envisage de donner une "inflexion sociale" à sa politique économique.

Selon les comptes nationaux des administrations publiques publiés lundi par l'Insee, le déficit public a été ramené à 4,3% du produit intérieur brut (PIB) l'an passé.

Ce chiffre, qui agrège les soldes des comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale, est inférieur de 0,7 point à celui de 2012 mais supérieur de 0,2 point à l'objectif révisé fin 2013.

La dette publique a atteint 1.925,3 milliards d'euros fin 2013, culminant à 93,5% du PIB, une proportion là encore au-dessus des attentes.

La publication de ces données intervient alors que la France doit envoyer avant fin avril un programme de stabilité actualisé à la Commission européenne, qui lui a octroyé un délai de deux ans, jusqu'à fin 2015, pour ramener son déficit à 3% du PIB.

Début mars, l'exécutif européen a mis en garde Paris contre les risques de non-respect de cet objectif, anticipant un déficit à 4,0% en 2014 puis 3,9% fin 2015 à politique inchangée.

Le gouvernement français a nié toute déviation par rapport à sa trajectoire, selon laquelle le déficit serait ramené à 3,6% cette année et 2,8% l'an prochain.

  Suite...

 
LE DÉFICIT FRANÇAIS