Matthieu Pigasse prône une politique industrielle volontariste

samedi 29 mars 2014 19h55
 

par Jean-Michel Belot et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Alors que le résultat dimanche des élections municipales pourrait conduire rapidement à un remaniement gouvernemental, Matthieu Pigasse, directeur général de la banque d'affaires Lazard France, plaide pour une politique industrielle volontariste qui permettrait à la France de rattraper son retard dans les secteurs d'avenir comme le numérique.

Dans un ouvrage récent, "Éloge de l'anormalité" - une allusion transparente au président "normal" que serait François Hollande - le banquier de gauche se livre à un réquisitoire contre les politiques d'austérité menées en Europe depuis la crise financière de 2008, dénonçant le manque d'ambition réformatrice de la gauche au pouvoir et l'absence de courage de la classe politique française.

Pour Matthieu Pigasse, actionnaire du quotidien Le Monde et propriétaire du magazine culturel Les Inrockuptibles, l'heure est grave et les décisions sont urgentes face à une France repliée sur elle-même, plongée dans une triple crise politique, économique et sociale qui se traduit par une montée de l'extrémisme politique et un développement du fanatisme religieux et du communautarisme.

"Ces élections sont l'expression d'une colère face à la gravité de la situation et à la violence de la montée du chômage et des inégalités. C'est aussi l'expression d'un rejet et d'une frustration face à la perception que le politique est incapable d'agir ou de réagir", déclare-t-il dans une interview à Reuters.

"C'est un coup de semonce à tous les politiques de droite comme de gauche. C'est un 'wake-up call'", ajoute-t-il. "Nous sommes à un moment de danger pour la démocratie."

Selon lui, la priorité doit être donnée à une réforme en profondeur de l'Etat - qui passerait notamment par une réduction du millefeuille administratif et la disparition des départements - une poursuite de l'intégration européenne - marquée par la mutualisation des dettes et une solidarité budgétaire - et par une réhabilitation de l'entreprise en favorisant le risque plutôt que la rente.

AUSTÉRITÉ "MORTIFÈRE"   Suite...

 
Matthieu Pigasse, directeur général de la banque d'affaires Lazard France, plaide pour une politique industrielle volontariste qui permettrait à la France de rattraper son retard dans les secteurs d'avenir comme le numérique. /Photo prise le 28 mars 2014/REUTERS/Christian Hartmann