Wall Street ouvre en hausse, soutenue par des propos chinois

vendredi 28 mars 2014 14h39
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a ouvert en hausse vendredi, comme le laissait penser l'évolution des futures, stimulée par les propos tenus par le Premier ministre chinois Li Keqiang.

Une bonne statistique de la consommation intérieure aux USA a également pu contribuer à la bonne tenue de la cote dans les tout premiers échanges. Ces derniers risquent sinon d'être influencés par des toilettages de bilan habituels en fin de mois.

Li Keqiang a promis vendredi de soutenir l'économie, expliquant que Pékin avait à sa disposition tous les instruments nécessaire pour y parvenir, cherchant ainsi à atténuer les préoccupations liées au ralentissement de la croissance.

Les dépenses de consommation ont augmenté en février aux Etats-Unis, dernier signe en date du redressement d'une économie qui avait été momentanément anesthésiée par un hiver polaire.

Quelques minutes après l'ouverture, le Dow Jones gagnait 0,19% à 16.295,41 points, le S&P-500 0,27% à 1.854,09 points et le Nasdaq Composite 0,24% à 4.161,31 points.

Pour autant, les indices sont bien partis pour inscrire une semaine à perte, le Nasdaq en particulier risquant de subir sa plus forte perte hebdomadaire depuis 2012, en raison de lourdes prises de bénéfices.

Le marché a été instable tout au long de la semaine, en raison surtout de facteurs géopolitiques. L'indice S&P a perdu l'essentiel de ses gains de l'année jeudi mais est parvenu à rester au-dessus de 1.840, niveau qui a récemment joué le rôle d'un seuil de soutien.

La Bourse attend à présent la publication de l'indice Thomson Reuters/Université du Michigan de mars (version défintive) à 13h55 GMT. Il est estimé en hausse à 80,5 contre 79,9.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

 
Wall Street a ouvert en hausse vendredi, stimulée par les propos tenus par le Premier ministre chinois Li Keqiang. Quelques minutes après l'ouverture, le Dow Jones gagnait 0,19%, le S&P-500 0,27%  et le Nasdaq Composite 0,24%. /Photo d'archives/REUTERS