L'UE dévoile son plan pour stimuler l'investissement

jeudi 27 mars 2014 12h40
 

par Huw Jones

LONDRES (Reuters) - L'Union européenne va s'employer à développer des alternatives au crédit bancaire pour favoriser les investissements dans les infrastructures et les jeunes entreprises, montre la "feuille de route" présentée jeudi par la Commission.

Ces projets visent à favoriser le développement des marchés d'actions et d'obligations et à mobiliser les fonds de pension pour assurer les milliers de milliards d'euros de financements jugés nécessaires d'ici 2020 pour bâtir de nouveaux réseaux de télécommunications, de transport et d'énergie.

De tels projets de grande ampleur à l'échelle européenne sont censés doper la croissance et l'emploi.

"Nous avons été ambitieux dans notre programme de la régulation financière et les résultats que nous avons obtenus en matière de stabilité financière et de confiance ont été positifs", a déclaré Michel Barnier, le commissaire au Marché intérieur, cité dans un communiqué.

"Alors qu'une reprise de l'économie se profile, nous devons continuer d'être tout aussi ambitieux dans le soutien que nous apportons à la croissance."

Le durcissement de la réglementation bancaire entrepris ces dernières années dans l'Union comme aux Etats-Unis pour tenter de prévenir une nouvelle crise financière a eu pour effet indésirable de rendre plus coûteuse la participation des banques et des compagnies d'assurance aux financements à long terme.

La Commission souhaite donc aujourd'hui assouplir certaines de ces nouvelles contraintes, notamment pour permettre aux fonds de pension, qui représentent un total de 2.500 milliards d'euros dans l'UE, d'investir davantage dans ce type de projets.

  Suite...

 
Michel Barnier, le commissaire européen au Marché intérieur.  L'Union européenne va s'employer à développer des alternatives au crédit bancaire pour favoriser les investissements dans les infrastructures et les jeunes entreprises, selon la "feuille de route" présentée jeudi par la Commission. /Photo prise le 29 janvier 2014/REUTERS/Laurent Dubrule