L'économie russe presque à l'arrêt, paye la crise en Ukraine

lundi 24 mars 2014 22h47
 

MOSCOU (Reuters) - RPT du 1er paragraphe.L'économie russe est quasiment à l'arrêt tandis que l'inflation accélère et continue de subir une fuite des capitaux, a annoncé lundi le ministère de l'Economie, signe que la Russie commence à payer le prix de la crise en Ukraine.

En février, le produit intérieur brut (PIB) russe n'a progressé que de 0,3% sur un an après avoir augmenté de 0,1% en janvier, a dit le vice-ministre à l'économie Andreï Klepach.

Le PIB russe avait augmenté de 1,3% en 2013, un niveau bien inférieur aux prévisions, mais l'espoir de rebond était fort jusqu'au déclenchement de la crise en Ukraine.

Les tensions internationales ont au contraire incité les investisseurs à fuir la Russie, accentuant ainsi la détérioration de l'économie.

Andreï Klepach a indiqué qu'il anticipait une croissance proche de zéro au premier trimestre, ce qui laisse craindre que le pays aura du mal à atteindre son objectif d'une expansion de 2,5%.

"Il n'y aura pas de récession, mais il y a un problème de stagnation. Malheureusement, la chute de l'investissement se poursuit", a-t-il dit.

La crainte d'une entrée en récession de l'économie russe reste vive. Le directeur général de la Sberbank, première banque de Russie, a d'ailleurs évoqué cette perspective lundi, estimant que la menace risquait de se matérialiser si les sorties de capitaux s'intensifiaient.

(Darya Korsunskaya, Nicolas Delame pour le service français)

 
L'économie russe est quasiment à l'arrêt tandis que l'inflation accélère et que continue de subir une fuite des capitaux, a annoncé lundi le ministère de l'Economie, signe que la Russie commence à payer le prix de la crise en Ukraine. /Photo prise le 3 mars 2014/REUTERS/Maxim Shemetov