Co-op veut lever 400 millions de livres supplémentaires

lundi 24 mars 2014 11h21
 

LONDRES (Reuters) - La banque britannique Co-operative Bank, actuellement en pleine tourmente, a dit lundi qu'elle entendait lever 400 millions de livres (479 millions d'euros) supplémentaires via l'émission de nouvelles actions, prenant ainsi acte d'une détérioration plus grave que prévu de son bilan.

L'établissement a été sécoué l'an dernier dans un premier temps par la découverte d'un trou de 1,5 milliard de livres et, dans un deuxième temps, par une affaire de trafic de drogue impliquant son ancien président Paul Flowers.

A la suite d'un plan de renflouement de Co-op Bank, Co-operative Group, principal groupe mutualiste en Grande-Bretagne, a dû céder le contrôle de sa filiale bancaire à un groupe d'investisseurs emmené par des fonds spéculatifs.

Co-op Group, qui détient toutefois encore 30% du capital de Co-op Bank, a dit à Reuters qu'il réfléchissait à l'opportunité de participer à l'augmentation de capital annoncée.

Co-op Bank a dit s'attendre désormais à un perte imposable comprise entre 1,2 et 1,3 milliard de livres pour 2013.

La banque a ajouté que son ratio de fonds propres durs ("core tier one") devrait s'établir à 7,2% contre une précédente estimation d'un niveau proche de 9%.

Co-op Bank a dit poursuivre le passage en revue de ses activités tout en disant que ses objectifs principaux restaient inchangés : la reconstitution de sa base de capital, un accent mis sur les particuliers et les petites entreprises et la cession d'activités jugées non-stratégiques.

Selon les analystes, la banque a vraisemblablement supprimé un millier de postes en 2013, soit 14% de son effectif total, et vendu pour deux milliards de livres d'actifs.

Co-op Bank devrait normalement publier son rapport annuel le 26 mars mais il a été reporté au 8 avril au plus tard.

(Kate Holton et Huw Jones, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

 
La banque britannique Co-operative Bank, actuellement en pleine tourmente, veut lever 400 millions de livres (479 millions d'euros) supplémentaires via l'émission de nouvelles actions, prenant ainsi acte d'une détérioration plus grave que prévu de son bilan. /Photo prise le 26 février 2014/REUTERS/Luke MacGregor