March 22, 2014 / 8:50 AM / 3 years ago

Les sanctions à la Russie affectent certaines groupes européens

3 MINUTES DE LECTURE

La montée des tensions au sujet de l'Ukraine commence à inquiéter nombre de grands exportateurs, qui redoutent de voir les sanctions occidentales contre la Russie porter préjudice à leurs affaires. Le ministère des Affaires étrangères danois a ainsi organisé une réunion spéciale pour 130 entreprises, dont Novo Nordisk et Carlsberg, après avoir été submergé de questions à ce sujet. /Photo d'archives/Ints Kalnins

COPENHAGUE/FRANCFORT (Reuters) - La montée des tensions entre la Russie et l'Occident au sujet de l'Ukraine commence à inquiéter nombre de grands exportateurs, qui redoutent de voir les sanctions prises par les Etats-Unis et l'Union européenne porter préjudice à leurs affaires.

L'Union européenne a imposé vendredi des sanctions à douze personnalités russes et ukrainiennes accusées d'avoir joué un rôle dans la prise de contrôle de la Crimée par la Russie.

Les Etats-Unis ont décidé de sanctionner vingt autres personnalités impliquées dans l'annexion de la Crimée par la Russie, a annoncé jeudi Barack Obama, qui a également ouvert la voie à d'éventuelles sanctions contre des pans entiers de l'économie russe.

Le ministère des Affaires étrangères danois a organisé une réunion spéciale pour 130 entreprises, dont Novo Nordisk et Carlsberg, après avoir été submergé de questions concernant les conséquences des sanctions.

Dans un courriel adressé à Reuters, le directeur général de Carlsberg précise que le brasseur danois surveille la situation de près et qu'il prendra des mesures si jamais les sanctions commencent à avoir un effet sur ses ventes en Russie et en Ukraine.

"Jusqu'à maintenant, tout se passe normalement. Nous fabriquons, vendons et distribuons nos produits sans problème", précise Jorgen Buhl Rasmussen.

Lemken, un fabricant allemand de charrues et autres équipements agricoles, a en revanche constaté une chute ces dernières semaines des commandes en provenance de Russie, son deuxième plus gros marché à l'export après la France. Cette évolution est notamment le fait de la chute du rouble depuis la crispation autour de la Crimée.

Comme Moscou a dit envisager une réponse aux sanctions qui lui ont été imosées par les pays occidentaux, Anthony van der Ley, président du directoire de Lemken, une entreprise familiale, préfère parer à toute éventualité.

Il envoie des produits en Russie maintenant en cas d'éventuelle fermeture des frontières ou d'envolée des droits de douane.

Le constructeur aéronautique canadien Bombardier a déclaré pour sa part que son projet de co-entreprise avec Rostec, le conglomérat de défense et d'industrie détenu par l'Etat russe, allait vraisemblablement être reporté en raison des sanctions envisagées par le Canada et d'autres pays occidentaux.

Selon la BGA, l'association des exportateurs allemands, plus de 6.000 entreprises du pays sont susceptibles de souffrir de sanctions économiques infligées à la Russie.

Jeudi, le conseil des "sages" allemand a estimé que la crise ukrainienne était la principale menace pesant sur la croissance mondiale, sur l'Allemagne en particulier, en raison de l'importance de la Russie dans le secteur énergétique.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below