Washington accuse Poutine d'avoir des intérêts dans le pétrole

vendredi 21 mars 2014 17h04
 

par Dmitry Zhdannikov

NEW YORK (Reuters) - Les sanctions de Washington contre les oligarques proches de Vladimir Poutine visent presque directement le président russe lui-même, accusé par les Etats-Unis d'avoir des intérêts personnels dans l'entreprise Gunvor, numéro quatre mondial du courtage pétrolier.

Parmi les personnes sanctionnées jeudi par les Etats-Unis pour leur rôle dans l'intervention russe en Ukraine et l'annexion de la Crimée figure Guennadi Timtchenko, un proche de longue date de Vladimir Poutine qui était jusqu'à cette semaine le copropriétaire de Gunvor, une société de courtage basée à Genève qui traite près de 3% du pétrole mondial.

En détaillant les sanctions, le département du Trésor a abordé frontalement d'une phrase l'un des aspects les plus controversés de la gouvernance de Vladimir Poutine : ses liens directs présumés avec l'industrie russe du pétrole.

"Les activités de Timtchenko dans le secteur de l'énergie ont été directement liées à Poutine", lit-on dans le communiqué de département du Trésor. "Poutine a des investissements dans Gunvor et pourrait avoir accès aux fonds de Gunvor."

Le département du Trésor a refusé de dire plus précisément ce qu'il savait exactement au sujet d'investissements du président russe dans Gunvor et d'expliciter de quelle manière il pouvait accéder à leurs fonds.

Gunvor n'a pas tardé à repousser fermement ces accusations, les qualifiant dans un communiqué de "scandaleuses et fausses".

"Gunvor dément catégoriquement que Vladimir Poutine ait jamais possédé des intérêts dans nos activités ou en ait bénéficié directement ou indirectement ", lit-on dans le communiqué de la société.

Vladimir Poutine a été accusé à de nombreuses, notamment par ses opposants politiques, d'avoir aidé Guennadi Timtchenko à bâtir l'empire Gunvor.   Suite...

 
Les sanctions de Washington contre les oligarques proches de Vladimir Poutine visent presque directement le président russe lui-même, accusé par les Etats-Unis d'avoir des intérêts personnels dans l'entreprise Gunvor, numéro quatre mondial du courtage pétrolier. /Photo prise le 21 mars 2014/REUTERS/Alexei Druzhinin/RIA Novosti/Kremlin