Pékin renonce à son enquête sur les vins européens

vendredi 21 mars 2014 14h19
 

PEKIN/PARIS (Reuters) - Les organisations viticoles européennes et chinoise sont parvenues à un accord sur le contentieux commercial qui les opposait, a annoncé vendredi le ministre chinois du Commerce.

Pékin renonce donc à son enquête visant les importations de vin en provenance de l'Europe juste avant une tournée en Europe, la semaine prochaine, du président chinois Xi Jinping.

La Chine reprochait aux producteurs européens de bénéficier de primes leur permettant de pratiquer le dumping en écoulant leur vin à bas prix sur le marché chinois.

L'Europe considérait cette enquête, ouverte l'an dernier, comme un acte de représailles après la décision européenne de taxer lourdement les importations de panneaux solaires chinois.

Le conflit sur les panneaux solaires a été résolu mais Pékin avait maintenu son enquête sur les vins, la présentant comme une affaire distincte.

"Depuis la résolution, l'an dernier, du différend entre la Chine et l'Union européenne sur les panneaux solaires, la Chine et l'Europe ont suivi la bonne voie pour aborder ce différend commercial (sur le vin)", a dit vendredi le ministre chinois du commerce, Gao Hucheng, sans donner de précisions sur la teneur de l'accord.

La Commission européenne s'est réjouie pour sa part dans un communiqué qu'une solution négociée ait pu être trouvée.

Les exportations de vin européen vers la Chine, à l'exception de Hong Kong, qui n'était pas concerné par l'enquête, ont atteint 2,57 million d'hectolitres l'an dernier, dont plus de la moitié en provenance de France, pour un montant d'environ 724 millions d'euros.

La ministre française du Commerce extérieure Nicole Bricq, a aussitôt salué l'accord.   Suite...

 
Les organisations viticoles européennes et chinoise sont parvenues à un accord vendredi. La Chine reprochait aux producteurs européens de bénéficier de primes leur permettant de pratiquer le dumping en écoulant leur vin à bas prix sur le marché chinois. /Photo d'archives/REUTERS/John Kolesidis