Décision britannique connue début mai sur le dossier Eurotunnel

vendredi 21 mars 2014 10h32
 

LONDRES (Reuters) - La Commission de la concurrence britannique a annoncé vendredi qu'elle s'estimait compétente pour se prononcer dans le dossier de l'acquisition et l'exploitation par Eurotunnel de trois navires sur la liaison Calais-Douvres et qu'elle rendrait sa décision d'ici début mai.

En juin de l'an dernier, cette commission avait annoncé son intention d'interdire aux ferries d'Eurotunnel de desservir le port de Douvres, jugeant que la reprise de SeaFrance par l'opérateur du tunnel sous la Manche pourrait se traduire par une hausse du prix de la traversée.

Elle avait justifié sa décision par le fait qu'avec SeaFrance, Eurotunnel porterait à plus de 50% sa part du marché des liaisons trans-Manche.

Eurotunnel a fait part vendredi dans un communiqué de son "incompréhension".

Le groupe souligne que, si la Commission de la concurrence britannique "ne souhaite pas revoir avant sa décision finale son appréciation de la concurrence qui sévit actuellement sur le marché", il "se verra contraint de retirer les ferries du détroit du Pas-de-Calais".

Eurotunnel avait fait appel de la décision de juin, qu'il jugeait "incompréhensible et gravement disproportionnée" et en décembre, le Tribunal d'appel de la concurrence britannique a rendu une décision favorable au groupe, lui permettant de poursuivre l'exploitation des trois navires sur la liaison Calais-Douvres et renvoyant le dossier devant la commission.

En 2012, le groupe avait racheté trois navires de SeaFrance après la liquidation judiciaire de la compagnie de ferries, une acquisition validée quelques mois plus tard par l'Autorité de la concurrence française.

Eurotunnel avait expliqué à l'époque que ce rachat visait à empêcher la reprise des ferries par la compagnie danoise DFDS Seaways.

MyFerryLink, issu du rachat de l'ex-compagnie de ferries SeaFrance en 2012, a quasiment doublé sa perte d'exploitation à 22 millions d'euros l'an passé.   Suite...

 
Jacques Gounon, le PDG d'Eurotunnel. La Commission de la concurrence britannique s'estime compétente pour se prononcer dans le dossier de l'acquisition et l'exploitation par Eurotunnel de trois navires sur la liaison Calais-Douvres et va rendre sa décision d'ici début mai. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol