19 mars 2014 / 12:42 / il y a 4 ans

L'UE sanctionne des fabricants de roulements à bille

Le Commissaire européen chargé de la concurrence Joaquim Almunia. La Commission européenne a imposé mercredi une amende totale de 953,3 millions d'euros au groupe allemand Schaeffler, au suédois SKF et à trois équipementiers automobiles japonais pour entente illicite sur les prix des roulements automobiles. /Photo prise le 19 mars 2014/REUTERS/François Lenoir

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a imposé mercredi une amende totale de 953,3 millions d‘euros au groupe allemand Schaeffler, au suédois SKF et à trois équipementiers automobiles japonais pour entente illicite sur les prix des roulements automobiles.

Ces sanctions s‘inscrivent dans le cadre d‘une vaste offensive de l‘exécutif européen qui enquête sur plus de 70 entreprises soupçonnées d‘ententes présumées dans le marché des pièces détachées automobiles en Europe.

Le marché des roulements automobiles, qui servent à réduire les frictions entre les pièces mobiles d‘un véhicule, est estimé à deux milliards d‘euros par an en Europe.

Les autorités anti-trust des Etats-Unis, du Japon et du Canada ont mené des investigations supplémentaires au cours des dernières années.

Selon la CE, les entreprises se sont entendues pour coordonner secrètement leur stratégie tarifaire sur le marché automobile européen pendant plus de sept ans, d‘avril 2004 à juillet 2011.

Schaeffler a écopé d‘une amende de 370,5 millions d‘euros et SKF de 315,1 millions. Les firmes japonaises NTN, NSK et NFC sont sanctionnées à hauteur de respectivement 201,35 millions, 62,4 millions et 3,96 millions d‘euros.

Les cinq entreprises ont vu leurs amendes réduites de 10% pour avoir accepté de coopérer à l‘enquête.

JTEKT a échappé à une amende, bénéficiant d‘une immunité pour avoir révélé l‘existence de l‘entente à la Commission.

Joaquin Almunia, le commissaire à la Concurrence, a dit espérer que ces nouvelles amendes porteraient leurs fruits après les sanctions déjà infligées aux producteurs de fils électriques et de mousse utilisée dans les sièges des voitures.

“Si l‘on restait les bras croisés, les cartels sur le marché des pièces détachées automobiles pourraient amoindrir la compétitivité de l‘industrie automobile et gonfler artificiellement les prix payés par les acheteurs européens de voitures”, a-t-il déclaré.

Foo Yun Chee, Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below