Les exportations assombrissent les perspectives du Japon

mercredi 19 mars 2014 09h46
 

par Tetsushi Kajimoto et Stanley White

TOKYO/OTSU (Reuters) - La croissance annuelle des exportations japonaises en février est ressortie à un niveau inférieur aux attentes, douchant les espoirs d'un amortissement par le dynamisme des ventes à l'étranger du choc pour l'économie de la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Une enquête menée par Reuters montre d'ailleurs que la confiance des manufacturiers japonais, restée stable ce mois-ci, devrait baisser dans les mois à venir en raison de la hausse de la TVA. Cette dernière, actuellement de 5%, passera à 8% le 1er avril.

Les exportations ont augmenté de 9,8% en février par rapport au même mois de 2013, contre une progression de 9,5% en janvier, selon des données publiées mercredi par le ministère des Finances.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 12,4% des exportations.

"Au bout du compte, les exportations ne sont pas au beau fixe (...) Etant donné que les Etats-Unis ne vont pas croître de 4% à 5% par an et que la situation reste mitigée en Chine - deux éléments qui vont peser sur les économies asiatiques - on ne peut compter sur le scénario optimiste selon lequel les exportations vont compenser l'effet d'une hausse de la TVA", a déclaré Takeshi Minami, économiste en chef chez Norinchukin Research Institute.

KURODA CONFIANT POUR L'OBJECTIF D'UNE INFLATION À 2%

Takahide Kiuchi, membre du conseil de la Banque du Japon (BoJ), a de son côté déclaré que le rythme de croissance des exportations pourrait continuer à être en deçà des attentes et que la consommation des ménages pourrait faiblir.   Suite...

 
A container is moved by a crane at a port in Tokyo March 19, 2014. Japan's annual export growth in February was short of market expectations and a Bank of Japan policymaker warned about the outlook as the world's third-largest economy faces a sales tax hike next month that could dent economic activity. REUTERS/Yuya Shino (JAPAN - Tags: BUSINESS POLITICS EMPLOYMENT)