Wall Street suspendue au référendum en Crimée

dimanche 16 mars 2014 18h15
 

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - A l'instar des autres places boursières mondiales, l'orientation de Wall Street dépendra largement du résultat, attendu ce dimanche en cours de soirée, d'un référendum en Crimée sur son rattachement à la Russie et ses éventuelles conséquences sur les relations entre l'Occident et Moscou.

La Crimée a commencé à se prononcer dans la journée sur son rattachement à la Russie dans le cadre d'un référendum rejeté par Kiev et les Occidentaux, qui dénoncent une consultation illégitime tout en se préparant déjà à la victoire du "oui".

Wall Street a enregistré la semaine dernière sa pire baisse hebdomadaire en sept semaines en raison d'une montée des tensions entre la Russie et l'Occident jamais vue depuis la fin de la guerre froide.

Des indicateurs jugés préoccupants pour l'état de la santé économique chinoise ont également contribué à ce que le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq Composite reculent de respectivement 2,3%, 2,0% et 2,1% la semaine dernière.

Ceci étant dit, malgré ce repli, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, n'est pas si loin de son record de clôture de 1.878,04 points inscrit le 7 mars.

"L'investisseur moyen ne paraît peut-être pas si inquiet que cela, mais je pense que ceux que jouent sur les dérivés s'attendent à quelque chose d'explosif la semaine prochaine", a estimé Ryan Detrick, analyste technique chez Schaeffers Investment Research.

L'indice de volatilité VIX du CBOE, surnommé "indice de la peur", a bondi de 9,86% à 17,82 sur la seule séance de vendredi et de plus de 26% sur la semaine.

  Suite...

 
L'orientation de Wall Street dépendra largement du résultat, attendu ce dimanche en cours de soirée, d'un référendum en Crimée sur son rattachement à la Russie et ses éventuelles conséquences sur les relations entre l'Occident et Moscou. /Photo prise le 14 mars 2014/REUTERS/Brendan McDermid