PSA s'attaque au chantier de sa nouvelle gouvernance

jeudi 13 mars 2014 18h49
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën commencera à étudier mardi prochain la gouvernance du groupe automobile de l'après-Dongfeng et à départager les candidats à la présidence du conseil, pour laquelle Louis Gallois est donné favori.

De quinze membres actuellement, dont quatre représentant la famille Peugeot, le conseil doit être ramené à 14 administrateurs, deux pour chacun des trois grands actionnaires qui se retrouveront à parité après la prochaine augmentation de capital, six indépendants et deux représentant les salariés.

"Je pense qu'on va discuter du sujet de manière détaillée mardi prochain, de la question du futur président bien sûr mais aussi de celle des autres représentants", a déclaré à Reuters une source proche du conseil.

Une autre source proche du dossier a précisé que la question ne serait pas forcément tranchée mardi, et qu'elle pourrait n'aboutir qu'en avril.

"L'identité du président n'est pas le seul sujet à régler en matière de gouvernance, c'est d'une refonte complète du conseil dont il est question ici", a-t-elle expliqué.

Selon Le Figaro de jeudi, la famille Peugeot se serait désormais ralliée à la candidature de Louis Gallois, défendue depuis le début par l'Etat.

Tous ne jugeaient pourtant pas l'ancien PDG d'EADS (devenu Airbus Group) suffisamment indépendant puisqu'il siège déjà au conseil de surveillance de PSA en tant que "membre indépendant référent (...) en lien étroit avec l'Etat", depuis que l'activité bancaire du constructeur a été sauvée fin 2012 grâce à une garantie publique de sept milliards d'euros.

"Il est clair que Louis Gallois est en tête", a confirmé une source proche de la famille. "Il a un soutien franc et affirmé de l'Etat."   Suite...

 
Usine PSA-Dongfeng à Wuhan. Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën commencera à étudier mardi prochain la gouvernance du groupe automobile de l'après-Dongfeng et à départager les candidats à la présidence du conseil, pour laquelle Louis Gallois est donné favori.  /Photo prise le 13 février 2014/REUTERS