La marque Inès de la Fressange se relance

mardi 11 mars 2014 20h46
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - La marque Inès de la Fressange fait son grand retour sur le marché du luxe dit "accessible" et va bénéficier des retombées médiatiques d'une collection co-signée par l'ancien mannequin vedette de Chanel pour le japonais Uniqlo.

La société, rachetée début 2013 par un pool d'investisseurs, un fonds de Dubaï (The Luxury Fund) et un fonds français (Calao Finance), va proposer foulards, chaussures, lunettes ou bijoux fabriqués sous licence et griffés Inès de la Fressange.

Les bijoux sont sous-traités à l'ardéchois GL Bijoux, les ballerines, vendues 180 euros, sont de fabrication espagnole.

"Nous avons l'ambition d'être la porte d'entrée du luxe, avec un positionnement sur un luxe joyeux, souriant et facile à porter", a déclaré à Reuters le président de la société, Fabrice Boé, ancien président de Prisma Presse et ancien dirigeant de Lancôme et Hermès.

Il dit tabler sur un volume de ventes au détail de 200 millions de dollars d'ici à la fin de l'année, contre environ 20 millions lors du rachat de l'entreprise.

La griffe, dont la direction artistique est assurée par Inès de la Fressange, compte beaucoup sur l'image d'élégance décontractée de l'ancien mannequin vedette de Chanel qui, grâce à son livre "La Parisienne" - largement traduit et vendu à près d'un million d'exemplaires dans le monde - est devenue une sorte d'emblème du chic à la française.

La présence du fonds de Dubaï, premier actionnaire avec environ 20% du capital de l'entreprise, devrait s'avérer stratégique en matière de distribution de la marque dans les pays du Golfe.

Une collection de sacs, fabriqués en France et vendus autour de 1.000 euros, est prévue pour le courant 2014.   Suite...

 
La marque Inès de la Fressange fait son grand retour sur le marché du luxe dit "accessible" et va bénéficier des retombées médiatiques d'une collection co-signée par l'ancien mannequin vedette de Chanel pour le japonais Uniqlo. La société a été rachetée début 2013 par un pool d'investisseurs, un fonds de Dubaï (The Luxury Fund) et un fonds français (Calao Finance). Inès de la Fressange est directrice artistique de la marque. /Photo prise le 4 mars 2014/REUTERS/Stéphane Mahé