Le défaut de Chaori crée un précédent pour la dette chinoise

vendredi 7 mars 2014 12h53
 

par Gabriel Wildau

SHANGHAI (Reuters) - La Chine vient d'enregistrer vendredi son premier défaut de paiement sur le marché obligataire local, le fabricant d'équipements pour l'énergie solaire, Chaori Solar, se trouvant dans l'incapacité de payer une échéance d'intérêts sur sa dette.

Ce défaut crée un précédent qui devrait amener le marché de la dette de la deuxième économie mondiale à respecter une discipline plus stricte en termes de fonctionnement.

Shanghai Chaori Solar Energy Science and Technology a averti cette semaine qu'il ne pourrait payer que 5% des 89 millions de yuans (10,5 millions d'euros) d'intérêts dus sur une obligation d'un milliard de yuans émise en 2012.

Alors que plusieurs grandes sociétés chinoises ont échappé de justesse à la faillite au cours des dernières années grâce aux interventions de dernière minute des autorités locales, les analystes financiers estiment que le défaut de Chaori devrait entraîner une réévaluation du risque de crédit sur un marché qui a longtemps supposé que la dette à haut risque et à rendement élevé bénéficiait d'une garantie implicite de l'Etat.

"Le défaut de Chaori suggère que le gouvernement va commencer à laisser le marché décider du sort des emprunteurs fragiles. Ce test montre qu'il aborde la question de l'aléa moral", dit Christopher Lee, responsable de l'analyse du crédit des entreprises chinois chez Standard & Poor's à Hong Kong.

"Le nombre de défauts de paiement devrait aller en augmentant tout en restant sous contrôle", dit-il, évoquant les secteurs miniers et métallurgiques, de la construction navale et des matériaux de construction comme étant les plus exposés.

Chaori n'a pas répondu aux demandes de commentaires vendredi.

  Suite...

 
La Chine vient d'enregistrer vendredi son premier défaut de paiement sur le marché obligataire local, le fabricant d'équipements pour l'énergie solaire, Chaori Solar, se trouvant dans l'incapacité de payer une échéance d'intérêts sur sa dette. Ce défaut crée un précédent qui devrait amener le marché de la dette de la deuxième économie mondiale à respecter une discipline plus stricte en termes de fonctionnement. /Photo d'archives/REUTERS