5 mars 2014 / 09:33 / il y a 4 ans

Bonne tenue des entreprises privées en Europe, sauf en France

L’INDICE PMI COMPOSITE DANS LA ZONE EURO

PARIS/BERLIN/LONDRES (Reuters) - Les entreprises privées de la zone euro ont joui en février d‘une croissance sans précédent depuis plus de deux ans et demi, leur expansion dépassant les attentes.

L‘indice final composite Markit des directeurs d‘achats (PMI, qui englobe les secteurs secondaire et tertiaire, est ressorti à 53,3 contre 52,7 en première estimation et 52,9 en janvier.

L‘indice suggère une croissance de 0,4% à 0,5% dans la zone euro au premier trimestre, estime Markit, soit plus que le taux de 0,3% avancé dans une enquête Reuters du mois dernier. Ce serait une croissance sans précédent depuis trois ans.

Le seul secteur des services a connu son rythme de croissance le plus soutenu depuis juin 2011, avec un indice ressorti à 52,6, contre 51,6 en janvier.

CROISSANCE LA PLUS FORTE DEPUIS JUIN 2011 EN ALLEMAGNE

BERLIN - Le secteur des services allemand a connu en janvier sa croissance la plus soutenue depuis juin 2011, grâce notamment à une accélération des nouveaux contrats, ce qui a conduit les entreprises à multiplier les embauches.

L‘indice PMI Markit des services s‘est ainsi établi à 55,9 contre 53,1 en janvier et un consensus des économistes interrogés par Reuters de 55,4.

L‘indice composite, qui retrace l‘évolution de l‘activité dans les secteurs secondaire et tertiaire, ressort à 56,4 contre 5,5 en janvier, ce qui est également un pic depuis juin 2011.

Il est en légère hausse sur une première estimation le donnant à 56,1 et se retrouve pour le dixième mois de suite au-dessus de la barre de 50 séparant croissance et contraction d‘une activité.

“Les données recueillies à ce stade pour 2014 suggèrent que l‘économie allemande est bien partie pour consolider les fondations posées au dernier trimestre de 2013, marqué par une croissance de 0,4%”, déclaré Oliver Kolodseike, économiste chez Markit.

LA FRANCE À CONTRE-TENDANCE

PARIS - L‘activité dans le secteur privé en France s‘est repliée en février à un rythme un peu moins prononcé qu‘initialement annoncé notamment dans les services mais sa contraction reste plus marquée qu‘au cours du mois précédent. Selon les résultats définitifs publiés mercredi par Markit, l‘indice PMI composite, qui combine l‘industrie et les services s‘est inscrit à 47,9, un niveau supérieur à l‘estimation de 47,6 donnée le 20 février, mais en retrait par rapport à celui de 48,9 enregistré en janvier. L‘indice du secteur des services s‘est établi à 47,2 à un plus bas de huit mois, contre 46,9 en estimation “flash” et après 48,9 en janvier. Celui du secteur manufacturier, publié lundi, avait été revu assez nettement en hausse à 49,7 par rapport à une estimation “flash” à 48,5 mais il demeure en retrait par rapport au niveau de janvier (49,3) et à la barre des 50 qui sépare contraction et croissance de l‘activité. “Les dernières données PMI relatives au secteur des services français se révèlent décevantes en février”, souligne Jack Kennedy, économiste de Markit.

LÉGÈRE DÉCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE DES SERVICES EN GRANDE-BRETAGNE

Le secteur des services britannique a subi une légère décélération, moins marquée que prévu, de la croissance de son activité, qui reste toutefois à un niveau suggérant la bonne santé de sociétés allant des banques aux salons de coiffure.

L‘indice Markit/CIPS est ainsi revenu à 58,2 le mois dernier, contre 58,3 en janvier et un consensus des économistes de 58,0.

L‘indice composite, pondération des enquêtes dans les services et dans le secteur manufacturier, est également en léger repli, à 58,6 contre 59,1 en janvier.

Mais la composante de l‘emploi a montré que le rythme des embauches dans le secteur privé est au plus haut depuis au moins janvier 1998, date à laquelle les enquêtes auprès des directeurs d‘achat ont été lancées.

Selon Markit, les données du mois de février suggèrent une augmentation du PIB sur la période janvier-mars de 0,7%, équivalente à celle enregistrée au cours du dernier trimestre 2013.

PLUS FORTE CROISSANCE DES SERVICES EN TROIS ANS EN ITALIE

Le secteur des services italien a enregistré sa plus forte croissance en trois ans en février, une donnée qui confirme que la troisième économie de la zone euro est définitivement sortie de la récession. L‘indice Markit/ADACI est ainsi ressorti à 52,9 le mois dernier, contre 49,4 en janvier et un consensus des économistes interrogés par Reuters de 49,8. Selon Phil Smith, économiste chez Markit, l‘Italie, sortie au quatrième trimestre 2013 de sa plus longue récession depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, devrait voir la croissance de son activité s‘accélérer sur les trois premiers mois de l‘année. “L‘activité du secteur des services a plus qu‘augmenté en février, elle a connu un rythme de croissance solide, grâce notamment à la plus forte hausse des nouvelles affaires en près de quatre ans”, a-t-il déclaré. Le secteur des services pèse à hauteur de quelque 70% dans le produit intérieur brut (PIB) italien. L‘indice composite, pondération du secteur manufacturier et de celui des services, s‘est établi à 53,4 en février, au plus haut depuis avril 2010.

4E MOIS CONSÉCUTIF DE CROISSANCE DES SERVICES EN ESPAGNE

Le secteur des services a crû pour le quatrième mois d‘affilée en février, mais à un rythme plus lent qu‘en janvier, laissant penser qu‘il sera difficile de maintenir une croissance régulière.

L‘indice des directeurs d‘achats (PMI) ressort à 53,7 en février contre 54,9 en janvier.

L‘emploi a encore diminué dans le secteur tertiaire, qui représente la moitié à peu près du PIB, après avoir crû en janvier pour la première fois en près de six ans. Le sous-indice afférent est de 49,1 contre 50,2 en janvier.

19E MOIS CONSÉCUTIF DE CROISSANCE DES SERVICES EN IRLANDE

Le secteur des services a été en croissance en février pour le 19e mois consécutif et les sociétés n‘ont jamais été aussi optimistes depuis 10 ans.

L‘indice Investec des directeurs d‘achats (PMI) s‘inscrit à 57,5 en février contre 61,5 en janvier. La croissance du secteur tertiaire, qui représente 70% du PIB, a ralenti depuis décembre, mois où l‘indice avait atteint son plus haut niveau depuis février 2007.

Quelque 65% des sociétés sondées anticipent une activité en croissance à l‘horizon d‘un an, tandis que 5% au contraire prévoient une contraction.

Le sous-indice des nouveaux contrats à l‘exportation ressort à 60,6 contre 64,9, son 31e mois de croissance consécutif.

Wilfrid Exbrayat et Benoît Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below