Les monnaies émergentes affecteront les ventes 2014 d'Adidas

mercredi 5 mars 2014 12h31
 

par Emma Thomasson

HERZOGENAURACH Allemagne (Reuters) - Adidas a déclaré mercredi que la faiblesse des monnaies de certains pays émergents, dont le rouble russe, allait peser sur ses résultats de 2014 et mettait en péril ses objectifs 2015, malgré l'effet positif que devrait avoir sur les ventes la Coupe du monde de football.

A la suite de ces annonces, le titre du deuxième équipementier sportif mondial reculait vers 11h15 GMT de 1,45% à 82,19 euros, alors que l'indice regroupant les valeurs européennes du luxe et celles des biens de consommation courante perdait 0,39%.

La chute des devises émergentes a affecté l'action Adidas ces dernières semaines. Elle a perdu 10% depuis le début de l'année, soit l'une des plus mauvaises performances des "blue chips" allemandes.

"La situation, telle qu'elle est maintenant, fait peser un risque significatif sur l'atteinte de nos objectifs", a déclaré Herbert Hainer, président du directoire d'Adidas, lors d'une conférence de presse.

"Nous ne pouvons ignorer la baisse marquée du rouble russe depuis le début de l'année ainsi que les incertitudes actuelles (liées à l'Ukraine) qui prévalent dans la région, deux éléments qui ajoutent des risques considérables à nos résultats en euros."

Adidas s'est fixé pour 2015 un objectif de chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros, tout en visant cette année-là une marge opérationnelle de 11%.

Pour cette année, Adidas anticipe une marge d'exploitation de 8,5% à 9% contre 8,3% en 2013, année où la direction espérait se rapprocher des 9%, observant que le redressement de sa marque de fitness Reebok devrait être un bon point pour la rentabilité.

  Suite...

 
Adidas a déclaré mercredi que ses résultats de 2014 subiraient un impact important du fait de l'affaiblissement des monnaies de pays émergents tels que la Russie. Le deuxième équipementier sportif mondial a annoncé un chiffre d'affaires en hausse de 3,3% au quatrième trimestre, à 3,48 milliards d'euros. /Photo prise le 4 mars 2014/REUTERS/Michael Dalder