Le marché automobile américain a stagné en février

lundi 3 mars 2014 22h12
 

par Bernie Woodall et Ben Klayman

DETROIT (Reuters) - Les ventes de voitures aux Etats-Unis ont stagné en février, les offres commerciales des constructeurs des derniers jours du mois n'ayant pu contrebalancer le coup de frein imposé par un climat polaire accompagné de tempêtes de neige.

Les ventes de février ont cependant baissé de moins de 300 véhicules par rapport aux 1.193.872 unités de février 2013.

General Motors, Ford Motor et Chrysler Group ont tous trois fait mieux que prévu mais la hausse des promotions soulève quelques inquiétudes pour la rentabilité du secteur à l'avenir.

En rythme annualisé, les ventes ont représenté 15,34 millions de véhicules, un peu en deçà du consensus des analystes interrogés par Reuters qui donnait 15,4 millions. C'est le troisième mois d'affilée de ventes en deçà des attentes pour le secteur automobile américain.

Le redoux de mars attirera plus de clients chez les concessionnaires, font valoir des analystes, alors que d'autres remarquent surtout que les remises consenties en février seront étendues au mois suivant, ce qui rognera d'autant les bénéfices.

La remise moyenne dans l'ensemble du secteur a augmenté de 5% sur un an en février à 2.633 dollars (1.914 euros) par véhicule. Par rapport à janvier, elle est en hausse de 3,3%, selon le site internet spécialisé TrueCar. Le prix de vente effectif moyen a toutefois augmenté de 3,6%.

GM et Ford, le numéro deux du marché, figurent parmi les constructeurs ayant offert les remises les plus importantes.

General Motors, le numéro un du secteur, a ainsi fait état lundi d'une baisse limitée à 1% de ses ventes, à 222.104 unités, alors que les analystes prévoyaient un recul de 6%.   Suite...

 
Les ventes de voitures aux Etats-Unis ont dépassé les attentes en février, les offres commerciales des constructeurs incitant les clients à revenir dans les concessions au cours des derniers jours du mois après une période de froid et de neige. /Photo d'archives/REUTERS/Jeff Kowalsky