Les Bourses européennes clôturent en ordre dispersé

mardi 25 février 2014 18h22
 

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mardi, les investisseurs ayant hésité à s'engager après avoir dû digérer la publication de résultats peu enthousiasmants tout en s'alarmant de la chute enregistrée par le yuan, la plus forte en trois ans.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,1% (4,58 points) à 4.414,55 points. Le Footsie britannique a cédé 0,52% et le Dax allemand a abandonné 0,1%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,01% et le FTSEurofirst 300 de 0,02%.

Le CAC a terminé en légère baisse après les nouveaux plus hauts de cinq ans et demi atteints la veille, le marché hésitant à poursuivre sa hausse avant l'audition semestrielle jeudi de Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale américaine, devant la Commission bancaire du Sénat et dans un contexte d'inquiétudes ravivées concernant la Chine.

Les pertes ont pour l'essentiel été freinées par la confiance placée par les investisseurs dans les perspectives des marchés d'actions des pays développés, une destination qu'ils privilégient alors que de plus en plus de fonds sont rapatriés en provenance des marchés émergents, principales victimes de la décision de la Réserve fédérale de réduire son programme de rachats d'actifs.

A Paris, L'Oréal (+1,58%), Cap Gemini (+1,13) et Danone (0,86%) ont dominé la cote tandis qu'ArcelorMittal (-2,14%) Bouygues (-1,64%) et GDF Suez (-1,39%) fermaient la marche.

Sur le marché des changes, les investisseurs observent avec stupéfaction la chute du yuan, la plus forte de ces trois dernières années, qui s'inscrit dans le sillage d'une série de décisions de la Banque populaire de Chine, sans doute destinées à instiller la prudence chez les investisseurs, nombreux à avoir parié sur une inéluctable hausse de la monnaie chinoise.

Aux obligations, les rendements sont peu changés, la publication des prévisions économiques de la Commission européenne n'ayant pas eu d'effet spectaculaire sur les Bunds.

(Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES