Les actionnaires de la SNCM divisés sur la commande de navires

mardi 25 février 2014 15h21
 

MARSEILLE (Reuters) - Les actionnaires de la SNCM se sont séparés mardi sans accord sur la commande de deux navires assortie d'une option pour la construction de deux autres dans le cadre de la mise en place du projet industriel de la compagnie maritime.

En proie à d'importantes difficultés, la Société nationale Corse Méditerranée, qui assure notamment la liaison entre la Corse et le continent, est détenue à 66% par Transdev, coentreprise de Veolia Environnement et de la Caisse des dépôts, à 25% par l'Etat et à 9% par ses salariés.

Le conseil de surveillance, qui devait notamment entériner la commande des bateaux et leur financement, a été interrompu après quatre heures de réunion. De source syndicale, on précise qu'il doit reprendre le 7 mars à Paris.

Le vote hostile des actionnaires privés, Veolia et Transdev, ainsi que l'abstention des représentants de l'Etat bloquent de fait la commande des navires, une étape essentielle du plan de restructuration de la compagnie maritime.

Le décompte des voix a donné six voix contre, cinq pour et trois abstentions.

"L'Etat est dans une attitude dilatoire en repoussant sans cesse le débat à plus tard", a dit à Reuters le délégué CFE-CGC, Maurice Perrin.

La Commission européenne réclame le remboursement de 440 millions d'euros d'aides d'Etat reçues par la compagnie, ce qui provoquerait sa faillite et la mise à pied de ses 2.600 salariés. L'Etat lui a accordé fin décembre une avance de trésorerie de 30 millions d'euros.

DANS L'ATTENTE DE L'ÉTUDE DE LA BPI   Suite...

 
Les actionnaires de la SNCM se sont séparés mardi sans accord sur la commande de deux navires assortie d'une option pour la construction de deux autres dans le cadre de la mise en place du projet industriel de la compagnie maritime. /Photo prise le 2 janvier 2014/REUTERS/Philippe Laurenson